Pluvea an 424 AUC (convertir une date)

Vous n'êtes pas connecté (se connecter)

Documentation version 3

Présentation de De Reel

Rappel : Cette page a été rédigée par des joueurs du Territoire de Kiponie. En conséquence, il est possible que certaines informations soit erronées ou non mises à jour. Si vous remarquez une erreur ou un oubli, n'hésitez pas à modifier la partie correspondante.

1. Partie sans titre

Dernière édition : Helia an 78 AUC
Versions précédentes - Modifier la partie

Echoué à l'embouchure du Cinabr, j'ai remonté le fleuve à la faveur d'un cortège de demoiselles. J'ai été accueilli d'abord par les Eoliens, qui m'ont donné un pécule et un champ. J'ai démarré en cultivant des pommes, en mangeant de la compote chez Maître Goofy le Dingo, et en travaillant dans sa conserverie. Très tôt, je me suis impliqué dans l'Entraide d'Eolis et j'ai écrit quelques articles, découvert la région, l'histoire de la ville, ses traditions.

Pendant mes 15 premières années, j'ai traîné mes guêtres dans les quartiers nord d'Eolis, dits "les cabanes". On a pu me voir attrapper de nouveaux arrivants au filet, leur laisser un poisson vivant entre les mains, faire des batailles de boue dans les rues d'Eolis, jongler et bonimenter à travers tout le territoire - j'en profitais pour me faire inviter chez les uns et les autres, de sorte qu'aucune ville ne me soit étrangère.

J'ai ensuite participé au mouvement de la CROK, et me suis impliqué dans la vie politique à Eolis et à Koryndon, pour rappeler mes concitoyens à la raison et à la déraison, selon les jours. J'ai également lancé la mode cuir avec le Chat ganté botté chapeauté (je vous parle d'une époque où le cuir était abondant). J'ai été à cette époque meilleur perdant de kipoboxe, célébrité à Gypsis.

Récemment, j'ai abandonné la plupart de mes activités pour me consacrer essentiellement à l'agriculture des médiplantes et m'installer durablement loin des délires autocratiques, à Koryndon, où je suis rédacteur en chef.

Vieillard encore vert - jeune albinos en réalité - j'allonge le pas dans les rues, incognito. Quand je souhaite me faire connaître, je chevauche Grise Crinière, fidèle depuis notre rencontre à Gypsis, accompagné d'une corneille messagère, vêtu de braies serrées à mi-jambes, d'une tunique de soie, ganté, botté, chapeauté, lourdement bijouté. D'autres fois, on me rencontre, méconnaissable, en guenilles, boueux, tel un gueux, délirant dans les rues.